Blog

Programme 2013

0001zd-4.jpeg

Atelier autobiographie 30 juillet-2 août 2012

Ils étaient Cinq encore comme la semaine dernière pour ce deuxième stage de l'été, un atelier autour de soi, autour des mots qu'on n'ose écrire ou qui viennent sans qu'on les convoque. Ils ont choisi les chemins de traverse, la plongée en eau vive, le risque d'écrire au bord de l'intime. L'alchimie, encore, a fait jaillir l'indicible, les phrases justes et inquiètes. Une larme parfois.

Il suffit de se laisser porter,  la coulure des mots enjambe les précipices. Il suffit de fouiller ce qui est enfoui là, bien tapi. Et tout revient, et l'enfance et les chagrins, nos mères, nos frères et nos fils, nos soeurs et nos regrets, nos errances, nos lignées nécessaires, fardeaux devenus soudain légers parce que partagés.

Chacun, chacune a suivi son chemin singulier, a recréé sa propre histoire.

Je me dis toujours que c'est cela qui compte, ce temps magique de l'écriture en mouvement, la virevolte cadencée, la révolte excessive des lettres qui s'emboîtent et se mirent au firmament de nos déclarations d'amour.

Merci à Véronique, Claire, Léon, Patrick et Fabrice...

Patricia, sous le parasol, mercredi 1er août, vent levé.

Atelier val de creuse juillet 2012

L'été a forcé le passage et a accueilli les stagiaires du nouveau cru. Une demi-dizaine souriante et avide de laisser les mots faire leur office. Parmi eux deux fidèles alliés, revenants de l'an dernier. Claire et Georges, gouaille, tendresse et force tranquille. Puis Fabrice, l'impromptu, surgi comme par mégarde dans le paysage poétique du Bougazeau. Catherine, douceur souriante et émotivité à fleur de mots. Et enfin Denise, au regard clair et juste, comme ses textes.

Nous avons cheminé tous les six, au bord de la Sédelle, dans ce val de Creuse impressionniste, aux courbes inspirantes. Parfois joyeux et indisciplinés, parfois graves et concentrés. Et la troupe a avancé, à son rythme, un instant désaccordé, la minute suivante, en totale harmonie.

Les mots gagnent, tout le temps, quoi qu'on fasse, quoiqu'on dise. Les mots gagnent sur le silence, sur les rires, au bord de la rive. C'est ce plaisir-là, indicible, qu'il convient de vivre.

Patricia, 25 juillet 2012, jardin ombré, midi à peine sonné.

programme 2012

eguzon-2012-2.jpeg

Atelier d'écriture 22-25 août 2011

Ils étaient six, à cette nouvelle session aoûtienne, six à venir s'attaquer vaillamment à l'écriture d'une nouvelle. L'atelier vient de s'achever, et chacun, repart avec, dans sa besace, un texte éminemment précieux, au titre évocateur.

Six, la belle équipe ! Annie, Isabelle, Claire, Saliha, Georges et Alain.

Dès les premières minutes, les paroles et les sourires s'échangent. Harmonie tranquille.

Six, la belle ambiance ! Petits exercices pour faire s'envoler les plumes. Puis, autour d'un café, d'un plat de prunes et de quelques gâteaux, les textes se lisent à haute voix.

Six, les beaux échanges ! Ces quatre jours se sont égrénés trop vite entre temps intime d'écriture et retrouvailles des textes mis en commun. Chacun s'est nourri des phrases, de la musique des mots et a participé à sa manière, à la lente maturation de l'écriture en mouvement.

Je vous le disais bien, écrire est plaisir...

atelier éguzon 3-7 juillet

Ca y est. Les stagiaires sont partis. Un vide soudain après ces quatre jours d'intense écriture. L'équipe était enthousiaste et pleine d'envies. Chacun a oeuvré et a apporté sa pierre à l'édifice, ô combien complexe, de l'autobiographie. Anne-Marie, Claire et Jean-Yves ont travaillé en harmonie et en bienveillante écoute. Ces temps de partage méritent d'avoir été vécus. Les mots, les idées, les incertitudes, les questions posées au groupe ont fait avancer chacun. 

autour de l'autobiographie éguzon 2 au 5 juin 2011

Le premier atelier se déroulant à Eguzon a eu lieu pendant le week end de l'ascension. Soleil et convivialité assurés. Chacun est venu avec un projet : écrire sur soi, percer l'intimité parfois friable, parfois muret de pierre à peine ébranlé. Chacun a écrit, chacun a avancé et au bout de ces quatre jours, est reparti avec des "ficelles", le moteur lancé, le sentiment que maintenant ça peut continuer... l'écriture en mouvement.

Il nous faut remercier Armand et sa cuisine inventive et fine, qui a ponctué nos journées d'une pause indispensable et gourmande. Nous nous sommes rendus, la journée finie, au lac voisin, pour goûter le repos de l'esprit et tremper nos corps engourdis par tous ces mots, un à un extirpés... Les lieux permettent cette savante alchimie...

Atelier des 14 et 15 mai, une réussite malgré la grisaille

Après plus d'un mois de grand soleil, le 14 mai, la grisaille pluvieuse a envahi la ville. Plus question de bords de Loire ensoleillés ce matin.-là. Changement de programme et rapatriement dans le centre ville. Notre première journée d'écriture a eu lieu à l'abri des intempéries et le pique nique, sur la table du salon...

Les participants ne semblent pas trop déçus... ce qui compte finalement, ce sont les mots, pour lesquels ils sont venus.

Premières présentations, premiers échanges informels : "je n'ai jamais écrit, j'ai toujours eu envie" explique Marie-Hélène, simplement. "Je n'ai jamais écrit de poésie en français", raconte Kaï, américain d'origine. "Je suis venu découvrir un monde encore inconnu", avoue Armand, curieux.

Après quelques règles de versification de base exposées, nous nous lançons dans l'écriture d'une première strophe en alexandrins... Les exercices "à contrainte" se suivent. Quelques tâtonnements, puis le rythme s'installe et avec lui, radieuse, la musique des mots.

A la fin de notre première journée, chacun repart avec un poème "à lui", fort des échanges et des lectures communes.

Au deuxième jour, le soleil fait son apparition. Face à la Loire, grandiose et calme, les imaginations et les plumes virevoltent. Après les vers d'hier, nous abordons ce dimanche, la prose poétique.  Les herbes folles se balancent au gré d'un petit vent frais. Chacun trouve son inspiration dans ce paysage magique.

Le pari est réussi : au-delà des mots couchés sur une feuille de papier, ce qui a fait la force de cet atelier, ce sont les échanges bienveillants et le sentiment d'avoir progressé, découvert un univers rare et appréhendé ce qu'écrire veut dire.